GREGOIRE LAFARGE

TITULAIRE DU DIPLOME D’ARCHITECTE

 

Grégoire, né en 1988 dans le Puy-de-Dôme, intègre l’école d’architecture de Clermont-Ferrand après s’être essayé aux études de langues étrangères durant une année. Très vite, il prend goût à la conception de projets architecturaux et urbains, mais aussi à la transmission, aux échanges et discussions qu’entraine la discipline, que ce soit avec ses enseignants ou ses camarades et amis étudiants. Dès sa 3ème année de licence, il occupe un poste de moniteur vacataire en analyse architecturale, assistant les enseignants auprès de jeunes étudiants de 1ère année. Il reconduit l’expérience chaque année de son cursus scolaire, en cours de projet d’architecture, d’analyse, ainsi que de morphologie urbaine.

Il passe ses deux années de master au sein du domaine d’études « Entre Ville, Architecture et Nature », fondé par Frédéric Bonnet (grand prix de l’Urbanisme 2014), où il appréhende la pluridisciplinarité du métier d’architecte. Réfléchir à l’évolution possible d’une friche ferroviaire bâloise, prospecter sur la métropole bruxelloise, se pencher sur les possibles dans les territoire ruraux du Livradois-Forez, ou encore imaginer l’implantation d’un marché de gros en face du Zénith d’Auvergne : ces sujets ont été autant d’occasions « d’entrelacer toutes les échelles d’un projet », du grand territoire au dessin détaillé de la menuiserie.

En 2010, encore étudiant, il connaît sa première expérience dans un cadre professionnel, aux côtés des architectes Simon Teyssou et Boris Bouchet, pour le rendu de concours d’un EHPAD, malheureusement perdu. Ce fut un moment riche de quelques nuits blanches mais surtout de belles rencontres avec des futurs collègues… Puis en 2011, Grégoire se rapproche de l’agence « Intérieur Rue » et de Jean-Dominique Prieur, et a l’opportunité, avec ses ami(e)s Marion Mazeyrat, Julie Jouvenel et Loïc Montel, de vivre un temps de résidence d’architectes de 3 mois dans « La Boulang’ », un atelier d’architecture public in-situ à Pérignat-ès-Allier (63), abordant le thème de l’habitat en centre-bourg.

Fraîchement diplômé, Grégoire se décide (enfin) à quitter Clermont-Ferrand, et contacte l’Atelier du Rouget. Alors encore en voyage « post-diplôme » en Europe, Simon Teyssou lui propose de venir travailler dans le Cantal. A peine revenu de Budapest, Grégoire fait ses débuts en tant que salarié, au sein d’une agence où toute spécialisation programmatique est proscrite, et dans laquelle la rigueur du dessin est maîtresse, dans le respect des matériaux, et en lien avec les paysages dans lesquels sont édifiés les projets.

Parallèlement à son activité au Rouget, Grégoire est enseignant depuis 2014 à l’école nationale supérieure d’architecture de Clermont-Ferrand, auprès d’étudiants de 2ème année de licence, en cours de « matière ».